Catherine Faye – L’Attrape-souci

catherine-faye-lattrape-souci
Catherine Faye – L’Attrape-souci

Lucien a seulement onze ans quand sa mère le mène à Buenos Aires. Quoiqu’il parle un peu l’espagnol, tout est très différent de la patrie et du connu. Un jour quand ils font des courses et quand il regarde les attrapes-soucis dans une librairie, sa mère s’envole et est éperdue immédiatement. Lucien est seul et personne ne le croit. Il commence la recherche solitaire, il joint des cartonniers, il est « adopté » par des prostitués, il vit dans la rue. C’est seulement quand il rencontre le jardinier Arrigo et la dame Adela que sa vie retrouve une sorte de normalité.

« L’attrape-souci » – une petite boîte qui héberge une minuscule poupée à laquelle on confie ses soucis avant de s’endormir. Le lendemain matin, ceux-ci se sont envolés. Pour le petit Lucien, les soucis commencent avec les attrape-soucis – et en plus, une vie dure et inimaginable. Catherine Faye a trouvé un ton narratif qui est très proche du petit héro et qui affaiblit un peu ce qu’il éprouve dans la rue. Néanmoins, un lecteur adulte qui sait lire en filigrane voit clairement que ce qu’il raconte d’un ton naïf et plaisant est en vérité très dur à supporter.

Ce qui m’a frappé le plus, c’était le comportement des figures envers le petit gars. D’un côté, il rencontre des personnes serviables et ouvertes qui ne posent pas beaucoup de questions et qui l’aident parce qu’il en a besoin. De l’autre côté, il y en a ceux qui le mettent à la porte sans même l’écouter ou songer à l’assister à sa recherche.

Quoique j’espère qu’une telle histoire ne puisse jamais se produire en réalité, je crains qu’il y ait beaucoup de vérité et réalité argentine. Ce n’est pas la vie que nous connaissons en Europe, un petit garçon peut se perdre sans que personne ne s’en rende compte. Il y a une certaine mélancolie à travers l’histoire que j’ai vraiment estimé et qui m’a plu beaucoup. Ce n’est pas une histoire gaie, elle n’offre même pas de happy end de façon qu’on l’attend, mais ainsi elle émerge de la masse des nouveaux romans.