Michael Uras – Aux petits mots les grands remèdes

résumé, critique, rezension

Alex a choisi un métier un peu particulier ; il aide les personnes d’une manière littéraire, c’est-à-dire il travaille comme bibliothérapeute et propose des livres pour guérir ses patients. Ces derniers sont bien divers, il y a Yann, un jeune homme avec des traits autistes qui a de grands problèmes de s’ouvrir aux autres. Il y a Robert Chapman, homme d’affaires un peu cynique. Il y a un footballeur qui ne peut pas parler des livres avec ses collègues. Alex essaie de les guérir, mais en même temps, lui aussi a besoin d’aide comme sa femme Mélanie vient de le quitter.
L’idée de la bibliothérapie m’a frappée immédiatement. Guérir quelqu’un par lire des livres et par en parler – une super idée. Il me faut admettre : je ne savais pas que cette type de thérapie existe en réalité, je pensais que c’était une idée littéraire. Je m’attendais à un livre où on parle des expériences de lecture, où on analyse un peu les caractères des livres et où les livres jouent un grand rôle. Le roman n’a pas vraiment accompli ces attentes parce qu’il s’agit plutôt des problèmes des gens et avant tout d’Alex qui se sent un peu perdu et seul après que Mélanie l’ait quitté. Pour cela, c’est beaucoup plus un roman romantique qu’un roman des livres.

En somme, je trouve l’idée de la bibliothérapie géniale et il y a vers la fin du roman une phrase que j’aime bien citer : « Les livres ne peuvent pas tout, mails ils accompagnent ceux qui ont besoin d’une dose d’imaginaire pour s’extirper du réel. » Quoique je n’aie pas lu le livre auquel je m’avais attendue, il y avait beaucoup d’imaginaire pour quelque temps de fuite de la réalité. 
Advertisements